FDTS#5 La Rose NOIRE

par Babel

AdnMusicProd s’associe avec Fais Découvrir Ton Son pour vous livrer régulièrement des interviews d’artistes indés !

Le premier gagnant Fais Decouvrir Ton Son nous a enfin répondu, il ne fallait pas moins de temps pour vous servir une interview fleuve (comme diraient les Inrocks) !

LA ROSE NOIRE
(Rennes/Paris - Electro Hip Hop/Dubstep)

Mauvais augure, voilà LA ROSE NOIRE !
Vicking (MC de X MAKEENA), Aïtken (MC de VORTEX) et Votan (Beatmaker de
SUBSHELL), s’en donnent à cœur incisé pour livrer un Hip Hop Electro/Dubstep
des plus sombres au travers de cet exutoire tranchant qu’est LA ROSE NOIRE...
Entre introspection écorchée, fiction teintée d’anticipation et aliénation à peine
dissimulée, les textes des deux MC sont tout autant "gavés de mauvaises ondes" que
les méfaits sonores lâchés sans vergogne par le Beatmaker de La Rose Noire, emplis
de grosses basses triturées et de beats lourds et puissants...
Bref, la bête à trois têtes est lâchée et ça risque de saigner des tympans !
En concert, le trio ne lésine pas sur l’énergie viscérale et confirme qu’il est
définitivement possible de groover sur autre chose que de la musique festive !
"La rose noire éclot tard le soir, son éclat brave l’espoir, ses épines gravent de part
en part des vitrines et des murs, les traumas qu’on a trop mis de côté, qu’on a omis
d"écouter..."

Salut !

Salut Adn !

En quelques mots, parlez nous de vos premiers pas dans le monde de la musique ? Qu’est ce qui vous a motivé à faire de la musique ?

AITKEN : Salut, moi j’ai concrètement commencé avec le groupe VorteX (après plusieurs expériences diverses dont une commune avec Votan dans Dr Lombrik & the inutil orchestra).
Je viens du Rock, du Métal mais j’ai toujours écouté du Rap, du HipHop et l’Electro est arrivée plus tard, la combinaison des trois me paraissait cool a faire.
Même si pour moi on manque d’un guitariste.
J’aime rapper pour un public éclectique qui est à l’écoute… mais j’aime aussi cette possibilité de vomir à la gueule des gens qui considèrent la musique comme un match de foot de Division 3...leur montrer qu’il y à autre chose que Sexion d’assault et La Fouine dans le rap.

VICKING : J’ai commencé à faire de la musique quand j’avais 13 piges je crois. Je partais tous les ans en centre de vacances “Musique”, premières formations, premiers concerts et premiers enregistrements de reprises (du Berrurier Noir, Assassin et autre RATM…) ou de compositions, dans ce cadre… , c’était super instructif et ça m’a clairement donné le goût de la création musicale et l’envie de continuer…Ensuite vers 16/17 piges, on a monté un groupe de Reggae/Punk avec des potes (dont certains allaient être mes futurs compères au sein d’X MAKEENA), je faisais guitare/textes et chant. Et puis quand j’ai eu 19 ans, on a formé X MAKEENA, qui a très vite fonctionné et prit de l’ampleur grâce au bouche à oreille, ce qui nous a permis ensuite de faire trois albums et de tourner pendant onze ans à travers le monde, plusieurs centaines de concerts frénétiques et des milliers de litres de sueur, jusqu’en 2011 où on a fait notre tournée d’adieu. Et puis pendant la période X MAKEENA, qui était une grosse machine mais qu’on faisait tourner avec très peu de moyens et donc avec un investissement personnel très intense, j’avais aussi un groupe entièrement composé de beatboxers qui s’appelait SPUTTER SHOWER, et là c’était carrément la récré par rapport à X MAKEENA. Avec les Sputter on faisait du “gros n’importe quoi léger, décalé mais organisé et entièrement exécuté à la bouche”, ça envoyait du lourd dans les deux sens du terme, quoi (de la grosse rythmique autant que de l’humour bien foireux), bref on s’amusait bien…

VOTAN : En ce qui me concerne, j’ai eu pas mal de petits projets, jazz electro, métal mais j’ai vraiment commencé la prod avec LA ROSE NOIRE, avant c’était plus du « touche à tout » puisque c’était un mélange de clavier, séquencer, trompette, etc... De la musique, en revanche, j’en fais depuis tout petit…

Quels sont vos premiers contacts dans le milieu ? premières scènes, premiers enregistrements, bref c’est quoi votre parcours ?

AÏTKEN : J’ai fait un album avec Vortex qu’on à enregistré chez Joséphine, un studio parisien que Mouss, des Mass Hysteria, gère avec des collègues à lui. Puis, L’” Hérétique E.P.” de LA ROSE NOIRE justement, qu’on à “fait-maison” avec Kraken (Nico) au mixage et Sébastien Lorho au Mastering au Passage à Niveaux (R.I.P. le P.A.N., tristesse...) et je ne compte pas en rester là. Avec La Rose Noire, on compte bien refaire d’autres productions malsaines.
Mon premier contact pour ma part, contact qui ait compté, c’est tout simplement mon collègue Vicking ! On s’est rencontré sur une date commune et j’avais besoin d’un coup de patte sur l’écriture et le placement de voix pour l’album de Vortex. Vicking à accepté et on a commencé à taffer. Ensuite on l’a embauché pour une série de résidences où il officiait en tant que metteur en scène (puisqu’il bosse souvent en accompagnement scénique pour des groupes de zique en développement, au LABO à Dinan, notamment...).
Puis j’ai commencé à taffer du texte sur les premières productions de Votan, mon pote de longue date, seul dans ma piaule. Un jour, Vicking est passé, a écouté, et a proposé de lâcher du texte aussi, il appréciait beaucoup le projet.
Prémices de LA ROSE NOIRE du coup... Ensuite on a rapidement fait de la résidence au Jardin Moderne à Rennes pour s’attaquer à la scène du mieux possible, avec l’aide technique de Rémi “La Bricole” aux lumières (qui éclairait les X Makeena à l’époque) et de Kraken (Nico) au son (ex Beatmaker des X Makeena et beatmaker de SUBSHELL, en duo avec Votan) .
J’ai eu également un bon contact avec Mouss/Mass Hystéria qui m’a aussi aidé sur VorteX en Studio, ça à été les deux mecs, avec Vicking, qui m’ont foutu des bons coups de pompes aux cul !
Et Vicking m’en fout encore :)

VICKING : Mais avoue que t’aime ça, chaudasse ! De mon côté, mes premiers pas dans le “milieu” , c’était au début d’X MAKEENA principalement : les bars Rennais où on a fait nos premiers concerts (Le chantier, Le latitude, etc…), la rencontre avec l’équipe du collectif Rennais de groupes indépendants FOUTADAWA (qui rassemblait Percubaba, Yosh, Strup X, etc… qui nous ont énormément soutenu d’un point de vue studio, scène, technique, enregistrements, distribution de disques…), la rencontre de l’équipe d’un studio de toute chatoyance : Le Passage à Niveaux, qui a malheureusement fermé ses portes cette année, grosse pensée à eux d’ailleurs… Des lieux qui nous ont soutenu et donné des gros coups de main comme Le Jardin Moderne ou l’Antipode… Et puis bien sur, certains artistes ou groupes qu’on a croisé et avec qui on a partagé pas mal de choses, concerts, featurings etc… (ROBERT LE MAGNIFIQUE, BLEUBIRD, PSYKICK LYRIKAH, IOTA, STRUP X, HORTEN V3 etc…), et puis des tourneurs comme WART (Eddy), YAPUCCA (Ludo), et enfin RAGE TOUR (Kalchat) qui ont successivement fait tourné X MAKEENA…. Ensuite, après la fin du groupe en 2011, ça a vite commencé à me titiller de refaire quelque chose, j’avais besoin d’écrire et de rapper, et puis je ressentais aussi le besoin d’aborder l’écriture de manière plus brute, brutale et radicale que sur X MAKEENA, dont l’univers post-apocalyptique sous-entendait naturellement de beaucoup travailler sur la métaphore et les images, et j’adorais ça, mais après la fin du groupe, je voulais laisser libre court à ma part obscure et rentre dedans… et Aïtken m’a parlé d’un de ses potes, Votan, qui faisait des instrus electro dubstep bien dark, et qu’il commençait à poser du texte dessus, je lui ai dit que j’avais du texte à gerber aussi et , de mémoire, après écoute d’un ou deux morceaux, j’ai dû pousser un râle d’enthousiasme un peu bestial, et sortir un truc du genre “c’est lourd, c’est sombre, ça sent la crasse, j’aime…” et on a créé LA ROSE NOIRE tous les trois, dans cet esprit là. En mode fusion des genres, en mélangeant Hip Hop, Dubstep et Glitch de partout, le tout ornementé de textes sombres, introspectifs ou rentre-dedans selon la thématique et de flows tranchants et incisifs... Ce qui sort de nos tripes quoi...

VOTAN : Tout est dit !

Quelles sont vos influences musicales ?

AÏTKEN : Dans le métal : Soulfly, Deftones, Korn, Mass Hystéria. J’aime particulièrement la voix de Corey Taylor(Slipknot et Stone Sour)qui pour moi est un des meilleurs chanteurs toutes catégories confondues.
Dans le Rap : Scylla, Barbarossa, Psykick Lyrikah
Dans l’Electro : Amon Tobin, Reso, Les vieux Skream et Benga, et pleins d’autres
Et ne pas oublier les X Makeena que Votan et moi écoutions depuis leurs débuts.

VICKING : Mes influences sont diverses et très éclectiques, même si je me retrouve principalement dans un certain type de rap ou d’électro, mais si tu veux des noms… : Casey, Psykick lyricah, La Rumeur, Sibot, Ben sharpa, Aesop Rock, Bleubird, Dope DOD, Philip Glass, Beastie Boys, Amon tobin, Venitian Snares, Squarepusher, Subshell, Bjork, The roots, Jurassic 5, Roots manuva, Olivier Mellano, Chien vert, MC totally Rad and DJ Fuck, Odd future, Primus, Svinkels, La Gale, Robert Le magnifique, Ruins, Death grips, Plaster, Karkwa, Tom Waits et puis plein d’autres quoi, j’arrête là sinon je vais faire six pages….

VOTAN : Je suis comme les gars, je ne me suis jamais fermé aux différentes musiques, comme c’est la mode actuellement de se « spécialiser » et de se coller une bonne grosse étiquette sur la tronche. Ca peut passer du Mobb deep ou Beastie Boys à Sepultura et même à du Coco Rosie…

Et sinon du son disponible ? on peut vous écouter où, du live, des projets scéniques ?

AÏTKEN : Notre premier EP 4 titres “ HERETIQUE E.P.” est disponible en téléchargement libre et gratuit sur soundcloud

VICKING : Et des petites vidéos sur notre chaine.
On va peut-être faire un autre EP, avant de s’attaquer à un objet plus complet. Ou pas… On verra, on commence à avoir assez de matière pour un hypothétique LP, mais on se laisse le temps des étapes… Mais que ce soit l’un ou l’autre ça ne devrait plus trop tarder, dans la conception en tout cas… Pas de tournée à proprement parler, ça n’est pas notre but dans l’absolu, mais des concerts ponctuels oui bien sûr. Avec une chouette équipe technique en plus : Kraken (Nico, ancien Beatmaker d’X Makeena au son façade, et Rémi ancien tech Lumières d’X MAKEENA, qui a créé une deco/lights de toute beauté pour le projet scénique de LA ROSE NOIRE). Et puis, nous avons testé pour la première fois en Belgique (au Magasin 4, un super lieu à Bruxelles !) il y’a une poignée de semaines, l’idée d’un plateau commun entre LA ROSE NOIRE et SUBSHELL (le projet instrumental de VOTAN et KRAKEN), et ça nous botte bien de refaire ça, ça fonctionne bien, c’est coherent et c’est plus ou moins la même équipe.
Plaisir, grosses basses, gros beats… à refaire !

Quelle est votre vision sur l’avenir du groupe, vos projets, indépendance ou signature en maison de disques ?

VICKING : L’avenir dans le milieu de la musique ? Ça existe encore ça ? Même si tu fais pas de la pop à frange putassière pour pouffiasses décérébrées, ou encore du Rap ou du RNB auto-tuné qui suce le système mais qui a toujours l’impression d’être subversif ? J’en doute ! Non, pour être franc, moi je m’en fous, je penses effectivement , qu’à notre humble niveau (ou plutôt avec nos humbles moyens), on va essayer de figer la dizaine de morceaux qu’on a déjà, on va faire quelques concerts de temps en temps quand l’opportunité se présentera tranquillement, peut-être va-t-on faire “un disque” en Do it Yourself, qu’on distribuera de main à main lors de nos concerts ou sur le net, mais franchement moi perso, ça me saoule de remettre le pied dans ce “milieu” , que ce soit de la tournée ou de la promotion et distribution d’album, j’ai déjà donné, donc maintenant, j’ai juste envie de faire de la musique sans trop me prendre la tête sur tout ça et dire ce que j’ai à dire sans prendre de gants, le reste je m’en branle. Faire la course aux cachets pour boucler une intermittence me saoule, autant que de passer son temps à faire le gentil auprès de structures, de programmateurs, d’organisateurs de concerts qui n’en ont plus rien à foutre, trop préoccupés par leurs intérêts carriéristes, et qui sont quasiment tous devenu frileux parce que c’est la crise, et que, par rapport à il y a dix ans ou c’était encore l’âge d’or et où tout le monde avait de la thune, aujourd’hui la prise de risque est devenue rare, voire même complètement nulle… Faut que ça remplisse, faut que ça vende, sinon c’est pas intéressant. Alors dans ce contexte foireux, et même s’il existe encore quelques résistants, amoureux de la musique qui osent encore mettre leurs tripes sur la table, comment veux-tu qu’un groupe assez dark comme LA ROSE NOIRE ait autre chose à espérer que de faire ce qu’il à faire (du sombre et du subversif sans fioritures), de le faire sans concession mais aussi sans faux-espoirs… ? Même s’il ne touche que quelques centaines de personnes au final. C’est déjà ça, et on s’en contentera. Rien à battre du reste….
Ceci étant dit, un grand merci aux gens comme vous qui s’intéressent à des petits groupes comme le nôtre, vous faites partie de la frange résistante philanthrope dont je parlais et ça ça fait plaisir …

AÏTKEN : On ne se fait pas de faux espoirs, on sait qu’on ne sera jamais disque d’or et ce n’est pas le but recherché !
On ne veut pas d’une machine aseptisée qui pue le fric et qu’on ne gère pas !
Bon ok des fois on aimerait bien avoir un booker qui s’occupe un peu de nous car c’est quand même plus cool...
Mais on a quand même réussi à faire quelques plans en dehors de Rennes où tout est saturé... On y à déjà joué mais assez peu au final et même en Bretagne.
On est allé jouer à côté de Paris, à Morlaix, à Mons et Bruxelles en Belgique.
En gros, en presque un an de groupe, on a à peine plus de Dix concerts.
On à plus la prétention de se payer des souvenirs que des piles de dates qui ne nous bottent pas.
On se fait donc plaisir en jouant là où on veut bien de nous et là ou on sent que ça colle avec l’organisation.
On va préférer aller jouer sur le petit festival qui se donne les moyens de réussir une belle soirée plutôt que sur la grosse usine où tu ne croise même pas le programmateur de la soirée car il est trop occupé sniffer de la coke et se faire lécher les bottes.
L’avenir du groupe il est surement sur un CD, surement sur des dates, surement dans nos têtes et on racontera ça dans 45 ans avec fierté.

VOTAN : Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, affiner le son, les voix, trouver un son vraiment calibré Rose Noire ! L’enregistrement de l’EP avec NiCo (Mix) nous a déjà permis de nous rendre compte de pas mal de petites erreurs techniques, que ce soit dans l’élaboration des morceaux mais aussi dans le placement des voix, en gros, un sacré bon exercice technique ! Ça a été vraiment formateur, des choses à garder pour la suite.
Après, le milieu de la musique en général, c’est comme partout, des gens biens qui vivent pour ça, sans juger les autres, et d’autres, moralisateurs et puristes à la con… J’arrête là...

Merci l’équipe au plaisir de vous voir sur scène !

Merci !

LIENS :
La Rose Noire en écoute
En Free Download
En Vidéos
Sur Facebook
Fais Découvrir TON SON

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mentions Fécales - Contact - Flux RSS - - Site réalisé par Webga